Association Internationale des Universités
La Voix de l'Enseignement Supérieur dans le monde
EN  |   FR

Accueil

L’AIU au fil du temps

Préambule aux Statuts de l’AIU
signé par les Membres fondateurs le 9 décembre 1950

Constitution de l’AIU de 1950

Premier Conseil d’administration de l’AIU élu en 1950

Le Secrétaire général de l’AIU rencontre
le Président du Mexique

Annonce dans le Courrier de l’UNESCO (1951)

Conseil d’administration de l’AIU à la maison de l’UNESCO

Histoire


L’Association Internationale des Universités a été fondée en décembre 1950 à Nice, en France.

Le projet initial de création de l’association date des années 1930 mais il a fallu attendre 1947 pour officialiser la création de l’association qui a eu lieu lors de la troisième Conférence générale de l’UNESCO à Mexico, présidée par le ministre de l’Éducation, le Dr. Torres Bodet. L’UNESCO a poursuivi le projet en organisant la Conférence préparatoire des représentants des universités à l’Université de Utrecht en 1948 où le soutien pour la structure officielle de cette association mondiale et unique a été obtenu. La Conférence Générale fondatrice de l’AIU s’est tenue à Nice en 1950.

À cette époque, l’objectif général et le but de l’AIU était de “fournir un centre de collaboration au niveau international pour les universités et les établissements d’enseignement supérieur (EES) de tous les pays, ainsi que pour les organisations œuvrant dans le domaine de l’enseignement supérieur en général, et de défendre leurs intérêts”. (Article 2 des statuts de l’Association Internationale des Universités).

Le bulletin de l’AIU est l’ouvrage de référence initial que l’AIU a lancé au cours de cette première étape. Le bulletin a été publié pour la première fois en 1953 et regroupait des informations sur le travail de l’association ainsi que des articles sur des sujets émergents du monde entier.

La première Liste Internationale des Universités fut publiée en 1952 ; en 1959, la première édition du Manuel International des Universités fut lancée.

Depuis sa création, le siège de l’AIU est situé dans les locaux de l’UNESCO. Dans les années soixante, un des développements importants a été la création de l’UNESCO-IAU Joint Steering Committee for international research qui répondait aux questions de fond auxquelles les universités ont dû faire face dans le monde entier, qui fut co-présidé par le Directeur Général de l’UNESCO et le président de l’AIU. Les années soixante furent un temps de réflexion pour la vision future de l’AIU au-delà de ses activités régulières. Le troisième président de l’AIU, Franck Cyril James a créé un comité pour le développement dans le but d’assurer la future direction de l’association.

Les années soixante-dix ont vu comme nouvelle initiative le lancement d’une série de séminaires issue de la Conférence de Montréal de 1970. Le premier séminaire, organisé en 1971 en Allemagne, a permis l’étude des problématiques liées à l’enseignement supérieur. Il s’ensuit alors une série de séminaires organisés annuellement ou semestriellement. De manière générale, la décennie a vu une augmentation de la formation d’organismes régionaux et d’organisations traitant de l’enseignement supérieur. L’UNESCO a étroitement collaboré avec l’AIU à la création de plusieurs organisations partenaires comme le Centre européen pour l’enseignement supérieur (CEPES) en 1972, l’Université des Nations Unies (UNU) en 1973, le centre international de l’UNESCO pour l’éducation supérieur en Amérique Latine et aux Caraïbes en 1997 (anciennement CRESALC qui avait été inauguré en 1974).

Les années quatre-vingt ont provoqué des changements sur le plan du leadership pour le secrétariat de l’AIU et sur le plan des opérations. Elles ont vu la première transformation de l’Association à l’ère de l’informatisation. Une nouvelle publication Higher Education Policy (HEP), une revue de recherche évaluée par des pairs a été créée en 1988.

L’AIU a étroitement collaboré avec l’UNESCO sur la digitalisation des services d’information et a lancé des initiatives innovantes comme le centre d’information AIU-UNESCO.

C’est dans les années quatre-vingt-dix que s’est développée la tradition des déclarations de politique générale dans le but d’unir la communauté autour de valeurs fondamentales, de principes et de sujets clés concernant l’enseignement supérieur, ainsi que la position de l’association en tant qu’en intervenant clé dans la société. Parmi celles-ci, on peut citer la déclaration de Kyoto sur le développement durable en 1993, la Déclaration de Buenos Aires sur le financement de l’enseignement supérieur en 1994, la déclaration pour la liberté académique, autonomie universitaire et responsabilité sociale, 1998. Cette tradition s’est poursuivie tout au long de la décennie suivante avec sept déclarations de politique générale entre 2000 et 2014. La plus récente est la déclaration d’Iquitos sur l’éducation au développement durable de 2014 qui influence les activités de l’AIU aujourd’hui (toutes les déclarations sont disponibles ici)

Après avoir participé à la Conférence mondiale de l’UNESCO sur l’Éducation au développement durable (en 2009 à Bonn, en Allemagne), l’AIU a été invitée à intégrer un groupe de référence de la Décennie des Nations Unies pour l’éducation en vue du développement durable (UN-DESD) ainsi que le Groupe de pilotage international en préparation pour le la fin de la Décennie des Nations Unies pour l’éducation au service du développement durable (WC-ESD) dont la Conférence de clôture s’est tenue à Nagoya, au Japon, en novembre 2014. La déclaration de la Conférence prend en compte les recommandations de la déclaration d’Iquitos sur l’éducation au développement durable visant à combiner l’enseignement supérieur et les connaissances traditionnelles au développement durable, tel qu’adopté par le Conseil d’administration de l’AIU lors de la Conférence internationale de l’AIU en 2015 à Sienne, en Italie.

L’internationalisation de l’enseignement supérieur est devenue la marque distinctive des activités de l’AIU dans le nouveau millénaire. L’AIU a lancé une série de rapports mondiaux sur l’internationalisation de l’enseignement supérieur ; à ce jour cinq rapports ont été publiés entre 2003 et 2019. L’AIU a aussi développé et lancé le service de conseils sur mesure en stratégies d’internationalisation (ISAS) pour ses membres.

C’est au cours de cette décennie que l’AIU a développé ses Conférences annuelles ; elles ont lieu entre les Conférences générales quadriennales. Des associations d’universités régionales ou transnationales travaillent étroitement avec l’AIU depuis le début. Depuis la Conférence Générale de 2000 et l’adoption d’une constitution révisée, les associations d’universités peuvent rejoindre l’AIU en tant que Membres.

L’AIU accueille également des réseaux d’universités et des organisations spécialisées en tant que Membres Affiliés ainsi que des personnes impliquées dans le travail de l’AIU en tant qu’Associés. Un forum semestriel pour les membres de l’association a été créé : la Réunion mondiale des associations (GMA). Depuis le début de la pandémie ces réunions se sont intensifiées. Elles ont lieu en ligne à raison d’une fois tous les trois mois en moyenne.

Le premier E-bulletin de l’AIU a été publié en 2004, qui est devenu plus tard AIU Lynx. De l’autre côté, le magazine de l’AIU a été repensé en 2005 pour devenir AIU Horizons, un magazine semestriel qui comprend une section thématique intitulée In Focus dans chaque numéro.

L’AIU a contribué à la mise en œuvre de l’Agenda 2030 de l’ONU : Transformer notre monde, défendre le rôle important de l’enseignement supérieur, notamment grâce à ses initiatives sous la priorité thématique sur le développement durable.

Des déclarations de principes ont été développées et adoptée, telle la Déclaration d’Iquitos. Une série d’enquêtes mondiales pour étudier l’évolution de la contribution de l’enseignement supérieur au développement durable a été initiée. La première enquête a été menée en 2016 et la seconde en 2019. La troisième sera lancée en 2022.

En 2018, l’AIU a lancé un Cluster Mondial au développement durable pour promouvoir le rôle des EES à construire des sociétés plus durables et en devenant la voix de l’enseignement supérieur. Depuis 2018, l’AIU participe au Forum politique de haut niveau des Nations Unies (HLPF), en particulier au côté de l’Association des universités du Commonwealth (ACU) et de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF).

Un programme de développement de leadership a été lancé en 2015 sous le nom de Leading Globally Engaged Universities (LGEU) qui est ouvert en priorité aux Membres de l’AIU. Le nouveau programme de formation LGEU+ est accessible en ligne à partir d’Octobre 2021. (Inscription ouverte)

En 2015, l’AIU a lancé, initialement en collaboration avec l’UNESCO, la Base de données mondiale des universités (WHED) sous la forme d’un portail en ligne. La WHED fournit des informations pour plus de 19.000 EES du monde entier dans 196 pays et territoires. En 2019, un nouveau dispositif a été lancé pour simplifier l’identification des EES : le Global WHED ID, c’est-à-dire un code numérique unique pour chaque EES dans la WHED. Ce dispositif a été élaboré à l’appui de la convention mondiale de l’UNESCO sur la reconnaissance des qualifications de l’enseignement supérieur.

Le plan stratégique 2016-2022 a été adopté lors de la 15ème Conférence générale de l’AIU qui s’est déroulée à Bangkok en 2016. Il a permis d’affirmer l’accent mis par l’AIU sur les quatre thèmes prioritaires de l’enseignement supérieur : le leadership, l’internationalisation, le développement durable et la digitalisation de l’enseignement supérieur mais aussi d’améliorer le soutien et les services pour tous les membres ainsi que de valoriser leur visibilité et leur engagement.

La digitalisation de l’enseignement supérieur est devenue une partie intégrante des nouvelles priorités stratégiques de l’association définies dans le dernier plan stratégique. Le thème des technologies de l’information et de la communication (TICs) était déjà d’une grande importance dans le passé avec plusieurs groupes de travail et des projets dédiés sur le sujet, ainsi qu’une déclaration sur les universités et TICs avait été adoptée lors de la Conférence générale de 2004. En 2018, l’AIU a fondé un groupe d’experts pour développer une nouvelle déclaration de politique générale pour définir les éléments principaux et les valeurs qui doivent structurer la digitalisation de l’enseignement supérieur.

Au fil du temps, l’AIU a atteint et continue de réaliser ses objectifs grâce au développement et au partage des connaissances, à l’analyse des tendances, aux publications, aux portails spécialisés, aux services de conseil, à la formation et l’apprentissage des pairs, ainsi qu’à la défense et à la représentation au niveau mondial. La participation de l’AIU à des initiatives internationales est de plus en plus importante et multidimensionnelle.

L’AIU plaide en faveur de l’enseignement supérieur comme étant un bien commun mondial essentiel au développement des sociétés durables. Nos priorités se basent sur le respect et la compréhension mutuelle ; elles visent à mettre en valeur le rôle des universités et autres acteurs qui contribuent à la création d’un futur durable pour notre planète et les générations futures.

ONG en partenariat officiel avec l'UNESCO au statut d'association
Association internationale des Universités, UNESCO House, 1 rue Miollis, 75732 Paris cedex 15, France
Contact  |   Plan du site  |   Conditions d'utilisation  |   Crédits